Teintures dangereuses

En étant logique, les teintures naturelles sont meilleures pour le bien-être humain; pourtant l’industrie des colorants chimiques de synthèse n’a pas perdu de temps pour promouvoir ses produits en menant une campagne intitulée OEKOTEX qui entraine bien des confusions. “OEKOTEX” est une promotion de “Confiance Textile” développé par une association de fabricants de teintures chimiques qui ont pour seul mérite d’avoir exclu la production de colorants azoîques, après des décennies de leur utilisation dans la production textile.

En effet, ses colorants azoiques sont considérés comme cancérigènes par les organismes de réglementations européens et américains. Cependant, dans le cycle de vie des produits textiles, il y a plusieurs aspects du produit final comme– la production – l’utilisation – l’élimination - à connaître. Il est essentiel de réaliser une comparaison valable du cycle de vie des teintures chimiques et des teintures naturelles.

Une proposition de comparaison en quatre étapes:
A) la fabrication,
B) le processus de teinture,
C) l'utilisation des produits par les consommateurs et
D) enfin son élimination finale ou son recyclage.

À chaque étape, nous avons besoin d'analyser les matériaux entrants, l’utilisation de l'eau, l'utilisation énergétique des effluents et des gaz, des liquides et / ou solides qui sont générés.

A) La fabrication de colorants synthétiques:
La matière première est le pétrole, combustibles fossiles non renouvelables. Quand une molécule absorbe certaines longueurs d'onde de la lumière visible, transmet ou reflète les autres, la molécule a une couleur. La partie qui apporte de la couleur dans une molécule est appelée chromophore. Le chromophore est une structure aromatique contenant du benzène, du naphtalène ou anthracène.

Un groupe d'une couleur chromophore et donneur est représenté par les radicaux suivants: azoïques (- N = N-), carbonyle (= C = O), du carbone (= C = C =),-carbone / azote (> C = NH - CH = N-), nitroso (- NO ou N-OH), nitrique (- NO2 ou = NO-OH) et le sulfure (> C = Le S, carbone-soufre). Les colorants sont synthétisés dans un réacteur et mélangés avec d'autres additifs pour la fabrication du produit final.

La synthèse fait intervenir des réactions telles que les sulfonation, halogénation, amination, diazotation, et l'accouplement, suivies par des procédés de séparation qui comprennent la distillation, les précipitations, et la cristallisation.
Généralement, les composés organiques -tels que le naphtalène- réagit avec un acide ou un alcalin et avec un intermédiaire (comme un nitrate ou un composé sulforé), ce mélange de solvant permet de former le colorant. Le colorant est ensuite séparé du mélange et est purifié.
En réalisant la teinture ainsi, de grandes quantités d'eau contaminée, jusqu'à 8000 litres par kilo de colorant.

B) L’utilisation dans la teinture des textiles:

L’indice de coloration de l'industrie textile allemande comprend plus de 800 couleurs et 600 auxiliaires et des agents de finition. Les «colorants azoïques" peuvent être appelés acide, basique, mordant, réactive, dispersant, direct, de solvants ou de colorants alimentaires.
Les colorants acides ne sont pas tous des colorants azoïques. Aucune étude n’a été réalisé à ce jour qui démontre que les conséquences de l’utilisation des teintures chimiques n’a pas d’effet à long terme sur la santé humaine.

Mais ce fut “une épidémie” de cancer de la vessie chez les travailleurs de l’industrie du nettoyage à sec, qui a confirmé l’hypothèse que certains colorants azoiques sont extrêment dangereux. Leurs utilisations peuvent provoquer une tumeur (cancer).

C) les consommateurs

Selon des études sérieuses réalisées au sujet des colorants chimiques, il s’est avéré que plusieurs colorants sont allergènes, en particulier le noir et les couleurs sombres.
D’après les notes d’une étude scientifique:
"La dermatite de contact au textile est probablement sous-estimé car nous manquons d'un marqueur approprié dans la norme." .. " Les allergènes les plus fréquemment impliqués étaient les colorants textiles type dispersants, en particulier ceux appartenant au groupe azo (Disperse Blue 124, Disperse Blue-106, le Disperse Orange 1 et Disperse Yellow-3)».

Il n’a pas été établi un lien de causalité direct entre les textiles chimiques et des maladies tumorales même si l’action néfaste de certains colorants ont été démontré sur des animaux en laboratoire.
Il n'existe actuellement pas de liste de colorants dangereux, il existe seulement une liste de colorants interdits commes les amines aromatiques.